BLACK MIDI Schlagenheim

Sortie le 21 juin 2019 en CD/LP/DL/Cassette

__

Ecoutez/Commandez

black midi, l’énigmatique quatuor noise rock originaire de Londres, dévoile son premier album ‘Schlagenheim’ sur Rough Trade Records. Composé de Georgie Greep (chant/guitare), Cameron Picton (basse/voix), Matt Kwasniewski-Kelvin (guitare) et Morgan Simpson (batterie), le groupe exude une complicité perceptible dans leur énergie et leur dynamisme, formant une unité musicale évolutive et avant-gardiste.

‘Schlagenheim’ est le fruit de la collaboration de black midi avec Dan Carey, producteur de Speedy Wunderground. Le groupe a enregistré huit des neuf titres qui composent l’album en seulement cinq jours, faisant l’éloge des méthodes du producteur et de son approche allant droit au but. Leur processus créatif prend la forme d’une construction et d’une déconstruction autour d’une structure initiale. Des jams de cinq heures se transforment en un riff, qui lui-même prend la forme de quelques mesures. Ceux qui les ont vu en live le savent, les morceaux de black midi sont des créatures mouvantes.

Initialement rigoureux et méthodique, le travail du groupe s’est progressivement mué en une politique du laisser-faire et de l’expérimentation. D’abord, leur son était une sorte de « ambient, droning, noisy thing’ comme le décrit Georgie Greep, se transformant peu à peu et se rapprochant de groupes comme Swans ou The Boredoms, avant que des titres comme ‘bmbmbmb’ ou ‘Speedway’ ne commencent à prendre forme.

Tous initiés à la musique depuis l’enfance, les membres de black midi se sont rencontrés à Brit School, prestigieuse école d’art londonienne. En parallèle de leurs études, les jeunes anglais donnaient des cours de musique, jouaient en concert pour leurs amis ou dans la rue, où ils reprenaient des titres de Jimi Hendrix ou expérimentaient leurs propres morceaux devant un public de plus en plus curieux.

black midi a fait la promesse de constamment se renouveler, affirmant que leur musique serait méconnaissable dans quelques années : « it’s a bit bold, but you’ve got to set yourself challenges, there’s no point doing the same thing over and over again » explique Georgie Greep.