LUCY DACUS Historian

Disponible en CD/LP/DL

Ecoutez/Commandez

En 2016, la songwriter originaire de Richmond dans l’Etat de Virginie, en surprenait plus d’un avec un premier album de très belle facture paru sur un petit label local. Les neuf titres indie rock de No Burden ne manquaient effectivement pas de faire penser à Courtney Barnett, Sharon Van Etten, Jenny Lewis ou encore Angel Olsen. La magie du bouche-à-oreille vint jusqu’aux oreilles avisées du label Matador qui ne bronchait pas avant de la signer.

« This is the album I needed to make, » explique la jeune femme qui voit en ‘Historian’ un manifeste de son travail de musicienne et compositrice, « Everything after this is a bonus. ». Dacus et son groupe ont enregistré l’album à Nashville en mars 2017, s’alliant une nouvelle fois au producteur de ‘No Burden’ Collin Pastore et l’ont mixé il y a quelques mois avec le très prisé magicien de la console John Congleton. Les sonorités qu’ils ont mises au point avec la contribution considérable du multi-instrumentiste et guitariste de Dacus Jacob Blizard sont plus riches et plus pleines que sur le premier album : un rock épanoui, tourné sur l’extérieur, dynamique, vivace, touchant.

Lucy Dacus ne prend cependant pas pour acquis son rôle de musicienne de scène. Pendant la tournée de ‘No Burden’, elle se souvient avoir y avoir pensé alors qu’elle traversait l’Amérique d’un bout à l’autre :

“I have this job where I get to talk to people I don’t know every night, the next record should be the thing that’s most important to say. »

Prenant conscience que son public allait s’élargir avec la sortie de son deuxième album, elle a ressenti le besoin urgent de donner plus de sens à ce dernier.

L’année qui touche à son terme, avec ses désastres politiques et autres peines de coeur a été difficile pour beaucoup, y compris pour Lucy Dacus. Elle a su s’en consoler en façonnant un arc narratif subtil pour ‘Historian’ qui préconise un optimisme prudent face à l’adversité. Les relations thématiques entre les chansons, qui se révèlent à l’écoute répétée, touchent du doigt tous les sujets qui lui tiennent à coeur, du racisme systémique au burnout créatif, en passant par le décès de sa grand-mère.

« It starts out dark and ends hopeful, but it gets darker in between; it goes to the deepest, darkest, place and then breaks, what I’m trying to say throughout the album is that hope survives, even in the face of the worst stuff. »

Tracklisting :

  • Night Shift
  • Addictions
  • The Shell
  • Nonbeliever
  • Yours And Mine
  • Body To Flame
  • Timefighter
  • Next Of Kin
  • Pillar Of Truth
  • Historians